>> une critique de l’accélération
et de la décélération

Le thème de l’UE territoire et société porte sur la slow city. En écho avec les principes de « slow food » ou encore de « slow science » - l’idée de slow ne renvoie pas seulement à un différentiel de vitesse mais, plus fondamentalement, à des formes alternatives de modes de production, d’organisation sociale et de relation à l’autre. Rapportée à la ville, l’idée fondamentale est dès lors la suivante : il est nécessaire de ralentir – les flux, les rythmes de production, etc. – pour créer les conditions d’un développement urbain durable. Alors que la vitesse a été traditionnellement considérée comme un symbole de la productivité et du progrès technique, la lenteur apparait désormais comme une « innovation» pour mener une nouvelle transition urbaine.

Pour aborder la question de la slow city, les étudiants utiliseront les méthodes d’enquête des sciences humaines sous forme d’un travail d’enquête sur les pratiques et usages dans l’espace urbain, et les rendus se feront sous forme d’ateliers. A l’issue du semestre un « manifeste » réalisé à partir des résultats collectifs des étudiants sera publié par le LASUR.